La Confrérie Index du Forum
 
 
La Confrérie Index du Forum
 
 
La Confrérie Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



 Le calendrier 
I cilya fuinelion

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La Confrérie Index du Forum -> Auberge du Poney Fringant -> L'Estrade des Conteurs
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
frahar
Beau Parleur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Nov 2008
Messages: 77
Gardien Fantassin Nain Masculin Pisteur

MessagePosté le: Jeu 19 Mar 2009, 20:10    Sujet du message: I cilya fuinelion Répondre en citant

Humble récit à la façon du Lay de Leithian, c'est surtout un prétexte pour vous parler de ce poème et vous inciter à le lire en anglais. C'est à mes yeux la plus belle chose qu'ait jamais écrite Tolkien. Ce Lay raconte l'histoire de Beren et Lùthien, publié en anglais dans le 3e volume de "The history of Middle Earth" intitulé "The lays of Beleriand". Quant à ce qui suit, soyez indulgents : je n'ai pas la prétention d'avoir du talent.

I cilya fuinelion

Il existe un endroit
Dans les Terres du Milieu,
Sombre et rempli d’effroi,
Que, du plus jeune au plus vieux,
Nul n’ose parcourir,
Glacé par la peur d’y périr.
En ce macabre mouroir
Abandonné par l’espoir
Rodent des horreurs sans nom,
Des orcs, des esprits, des démons.
Que l’Unique ait pitié
Des stupides aventuriers
Qui, par appât du gain,
Pour relever un défi
Ou juste affronter leur destin,
Pénètrent en ce lieu maudit :
La Faille de Nûrz Ghâshu.

Douze héros, pour certains ignorants
Des dangers qui les guettent,
D’autres confiants qui d’un geste
Balaient les craintes des réticents,
S’avancent pourtant pour purifier
Les lieux. Leurs noms sont gravés
A jamais dans l’Histoire,
Pour leur plus grande gloire.
Kata, Leanisse, Frahar,
Souillac, Eltharion, Khalorin,
Rodirwen, Valendil, Mogrin,
Ulvoros, Oreth et Toulgarr
S’enfoncent dans les profondeurs.

Pas après pas croissent l’horreur
Et la peur. Les premiers combats
S’enchaînent, âpres et violents
Tandis que les orcs aux abois
Tombent dans des mares de sang.
Après de dures batailles,
Longues et parfois incertaines,
Au plus profond de la Faille,
Barz et Zurm, les deux capitaines,
Trolls énormes et implacables
A la force démesurée,
Vicieux, cruels et coupables
D’innombrables atrocités,
Défiés par les aventuriers,
Entrent en scène, décidés
A châtier par le fer et l’acier,
Les fous venus les menacer.
Il en faut plus pour effrayer
Nos douze héros qui, confiants,
Mus par une férocité
Et une fougue de déments,
Assaillent leurs ennemis
Tant et si bien qu’avant peu
Barz et Zurm les trolls maudits
Périssent, vaincus par le feu
Et l’épée. Au silence de mort
Succèdent les hourras, les vivats.
Le Bien a été le plus fort,
Il est dit que toujours il vaincra.

Mais si le Mal fut repoussé
Plus loin dans les entrailles
Insondables de la Faille,
Il n’en fut pas annihilé.
Toujours plus profondément,
Dans des ruines longtemps
Oubliées, Il se terre.
Mais la traque continue
Au cœur de cet enfer,
Et nos héros, invaincus,
Terrassent Fruz, troll immonde
Tandis qu’autour de lui
Des dizaines d’orcs tombent
Ou, terrorisés, s’enfuient.

Ainsi nos héros purent-ils
Continuer leur progression,
Allant de dangers en périls,
Jusqu’à croiser des dragons.
Petits, féroces et sournois,
Esclaves du maître des lieux,
Ils aiment à dévorer leurs proies
En les tuant à petits feux.
Sous les yeux de Zogtark, atroce
Meurtrier, bourreau félon,
Orc à l’ascension précoce
Qui, protégé par le Démon,
Œuvra tant et si bien,
Massacra tant d’ humains,
Qu’en récompense il fut nommé
Chef des dragons, Le Sans Pitié ;
Sous ses yeux donc, ses minions
Se jetèrent à l’assaut
De nos douze héros
Qui, sans perdre la raison
Malgré la sourde terreur
Que leur inspirent les lieux,
Surent résister au mieux
Et repousser leurs agresseurs.

Alors Zogtark entra en scène
Après avoir assisté,
Le regard plein de haine,
A la mort de ses alliés.
Il s’élança arme au poing,
Aux lèvres un sourire de dédain,
Plein de morgue, bombant le torse,
Sûr de lui et de sa force.
Nos héros, impitoyables,
Enivrés par ces combats,
De cet orc effroyable
Ne firent aucun cas,
Et l’envoyèrent ad patrès
Sans autre forme de procès.
Exaltés par leur prouesse,
Tellement fiers de leur succès,
Leurs cris de joie s’élevèrent,
Dans les tréfonds résonnèrent.

Surtout n’allez pas croire
Que l’aventure soit finie :
Mais ceci est une autre histoire,
Dont il ne reste aucun écrit.
_________________
Frahar, gardien Nain - serveur Estel
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 19 Mar 2009, 20:10    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
halatielwen
Moulin à Parole

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2007
Messages: 407
Menestrel Elfe Masculin

MessagePosté le: Ven 20 Mar 2009, 10:28    Sujet du message: I cilya fuinelion Répondre en citant

Okay
_________________
a stanger in a stange land
Revenir en haut
Aladiel
Piplette

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mai 2007
Messages: 533
Chasseur Elfe Masculin

MessagePosté le: Ven 20 Mar 2009, 19:14    Sujet du message: I cilya fuinelion Répondre en citant


_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:55    Sujet du message: I cilya fuinelion

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La Confrérie Index du Forum -> Auberge du Poney Fringant -> L'Estrade des Conteurs Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com